Les subtilités énergétiques derrière les gestes du quotidien

Dernière mise à jour : 9 févr.

Que se cache-t-il derrière chaque geste de la vie de tous les jours ? Comment vivre plus en conscience, en veillant sur nos mauvaises habitudes ? Comment se connecter au monde subtil des énergies ?
Nous savons tous et nous l'acceptons complétement, sans le remettre en question, que les émotions et les pensées d'une femme enceinte impactent le bébé qu'elle porte dans son ventre. Le fait qu'il fasse encore parti d'elle, qu'il partage le même espace, nous semble logique et réaliste que tous deux ressentent la même chose. Pourtant, ce lien énergétique existe aussi à distance, entre deux personnes bien distinctes.

1) Comment sortir de nos habitudes trop ancrées dans notre vie ?
Nous avons été élevés, formatés et conditionnés d'une certaine manière, tout au long de notre vie, souvent, sans même nous en rendre compte. Si nous connaissions ce fait, nous aurions trouvé peut-être, toutes sortes d'excuses à notre comportement ou manière de pensée : "Je fais cela pour mieux fonctionner dans cette société"; "Je fais ceci pour être fort dans cette matrice"; "Il faut réussir dans sa vie et être meilleur que les autres"... Ce que nous savons moins, c'est que derrière chaque attitude, chaque pensée, chaque mot prononcé, il y a une énergie particulière, qui dirigée vers soi ou vers quelqu'un d'autre peut devenir nocive à long terme.

2) Notre météo intérieure
De la même manière que nous regardons à l'avance quelle météo il fera demain, afin de choisir nos vêtements en conséquence, nous devons observer notre météo intérieure, afin d'ajuster nos réactions et nos attitudes par rapport à nos attentes de la journée. La météo intérieure est aussi changeante que celle extérieure, donc une attention régulière s'impose. Avec plus d'entrainement et d'assiduité, nous allons commencer à voir les nuages doux de la nostalgie, les éclairs de la colère, la pluie de la tristesse et du désarroi, le soleil de la joie, l'arc en ciel de l'excitation, l’éclairci de la clarté, le vent de la peur, la brume de la frustration...
En deuxième étape, nous allons constater que ces deux météos communiquent ensemble, qu'elles s'influencent l'une l'autre. Le mauvais temps a une influence sur notre moral, nous le savons, même si nous ne sommes pas tous météo-sensibles. Tu me diras, Oana, mais comment mes émotions peuvent-elles agir sur le temps qu'il fait dehors ? A l'échelle individuelle, cela n'est pas concevable à notre niveau de conscience, mais au niveau collectif cela se passe plus souvent que nous pouvons l'imaginer. Nous sommes toujours étonnés de voir la pluie tomber le jour de la Toussaint.
Petite astuce, pour alléger notre météo intérieure ou ne pas l'accentuer davantage, c'est de choisir la veille ou suffisamment à l'avance les couleurs de nos vêtements. La plupart choisissent leur tenue, le matin même et ils s'étonnent de voir leur état évoluer dans la journée dans le sens de la couleur choisie, souvent de teinte foncée. Privilégiez les couleurs saturées vives et joyeuses, qui vous mettent en valeur et qui vous donnent confiance en vous. Dans cet état d’esprit vous êtes parés à vous battre contre toute intempérie extérieure ou intérieure.

3) Quel impact ont les mots sur nous ?
Nous ne faisons pas assez attention aux mots, en pensant qu'ils sont volatils et inoffensifs. Cependant les mots ont un pouvoir, et prononcés avec une certaine intention, ils portent une forme de magie.
Voici quelques expressions utilisées à tout va et leurs conséquences subtiles :
  • Faire quelque chose la mort dans l'âme; se donner corps et âme; se tuer l'âme à l'ouvrage = permettre une dispersion de votre énergie personnelle vers d'autres plans subtils, ce qui à long terme, empêche la connexion avec votre spiritualité et diminue le potentiel de l'être.

  • Se faire des cheveux blancs ; s'en mordre les lèvres = développer le sentiment de colère et affaiblit la vitalité.

  • Coûter un bras ; avoir une dent contre quelqu'un ; en avoir plein le dos ; avoir quelqu'un dans l’œil = activer des maux et tensions corporels.

  • À contrecœur; ce qu'il m'a dit m'est resté sur le cœur ; ça me donne mal au cœur = développer des insuffisances cardiaques et limiter l’accès à l'amour de soi et de l'autre.

  • Se faire de la bile = faire baisser sa vibration et noircir son aura.

  • En avoir jusqu'au cou ; en avoir plein le cul* ; jusqu'au bout des ongles = être coincé, enveloppé dans des énergies denses qui bloquent l'évolution.

  • Être sur les genoux ; être sur les rotules = baisser son estime de soi et se positionner en-dessous des autres.

  • S'en laver les mains = se détacher émotionnellement jusqu'à couper tout lien avec soi et les autres.

  • Risquer sa peau; l'avoir dans la peau = développer des eczémas et une perméabilité aux influences subtiles extérieures, au-delà des limites personnelles admissibles.

  • Marcher sur les pieds de quelqu'un = interférer avec l'aura de l'autre et se perturber mutuellement.

  • Tu me gonfles = prendre du poids et développer des inflammations dans le corps, élargir sa sensibilité au-delà de ses capacités à la contenir.

  • C'est une tuerie, tu me tues, c'est mortel = diminuer sa force vitale et son système immunitaire.

Je vais vous raconter une expérience que j'ai vécue, il y a quelques années. Ma voisine était dehors avec son nouveau bébé. Je le regarde et je m'entend dire à haute voix : "Comment s’arrêter de travailler, sans faire des gosses ? ". Le lendemain matin, je me cassais un orteil, et je "m'arrêtais" de travailler pour de bon, pendant 3 semaines.
Dans la même catégorie se trouvent les mensonges. Ils font partie de notre vie et mieux nous savons mentir, plus intelligents nous nous sentons. Sauf qu'à chaque mensonge que nous prononçons, une énergie est libérée pour réparer cet impact subtil dans le continuum espace-temps. Cette énergie fera tout son possible, pour que le mensonge se réalise. Mentir à son patron en lui disant que vous êtes malade peut très vite devenir réalité. Je me rappelle durant ma fac, lors d'une soirée, mon amie, qui était embêtée par un étudiant bien arrosé, attrapa le bras d'un jeune homme assis à coté d'elle, qu'elle ne connaissait pas et dit "Je ne suis pas seule, je suis avec mon mari". Quelques mois après, elle me présente pour de vrai son mari qui était bel et bien la même personne qu'elle avait rencontrée ce soir-là.
Il y a quelques règles assez simples pour ne pas mentir, sans pour autant dire toute la vérité qui pourrait être désagréable à entendre ou trop personnelle à partager. Faire des phrases courtes qui contiennent dans leur syntaxe la vérité, répondre à la question posée sans trop s'étaler sur des pentes glissantes et surtout pas faire de promesses. Si vous êtes un homme, s'il vous plaît, dites la vérité à votre femme lorsqu'elle vous pose la question si sa robe/tenue lui va et que ce n'est pas le cas. Elle va bouder un moment, mais elle sera soulagée par le manque du mensonge qui aurait plané toute la soirée sur elle.
Dans le sens contraire, nous pouvons utiliser les mots pour partager nos projets en phase naissante avec nos proches. Nous faisons cela peut-être pour nous rassurer, sauf qu'à chaque fois que nous parlons de notre projet aux autres, il y a une perte d'énergie. C'est comme si nous prenions une partie de l'énergie du projet et que nous la mettions dans l'échange avec les autres. Cela risque, à force, de diminuer drastiquement l'énergie de réalisation du projet, jusqu'à son abandon complet. Soyons discrets et concentrés sur notre projet, Gardons-lui toute l'énergie nécessaire pour son succès. Nous aurons le temps d'en parler plus tard.

4) Le pouvoir subtil de nos pensées, de nos croyances, sur nous et sur les autres
Croiser un chat noir, passer en-dessous d'une échelle, poser son pain à l'envers, ouvrir son parapluie dans une pièce, écraser une abeille, sont autant de superstitions qui se perpétuent à travers les âges, sur lesquelles nous n'avons pas de contrôle, car l'énergie qu'elles contiennent dépassent notre portée.
Une subtilité de la pensée au niveau énergétique est qu'elle est ressentie par les concernées à distance. Par exemple, si les parents discutent de leur enfant avec une troisième personne (maîtresse, psy, médecin) et que l'enfant n'est pas présent et qu'il n'est pas tenu au courant, son comportement va changer dans les jours à venir en fonction de la discussion.
Médire quelqu'un n'est pas qu'une vilaine habitude, c'est aussi un boomerang énergétique que nous risquons de prendre dans la figure au moment où nous croisons la personne. D’ailleurs, nous ressentons l'énergie de la honte, au moment où nous voyons la personne que nous avons médite. Nous avons du mal à la regarder dans les yeux.
Lorsque nous nous plongeons dans le développement personnel et spirituel, nous croisons sur notre chemin évolutif une série de croyances limitantes que nous avons du mal à défaire, un peu comme l'histoire de la cordelette attachée au pied d'un éléphant qui reste persuadé qu'il ne peut pas casser. L'impact des croyances sur nous est tellement fort, qu'à chaque fois nous attirons des situations qui nous les confirment davantage.
Dans la catégorie du non-dit font partie les secrets de famille qui planent au-dessus de chaque membre de la famille durant des générations, et qui perturbent au niveau subtil les actions liées directement au secret. Même si les raisons qui ont poussé au silence sont souvent douloureuses, en mélangeant la culpabilité à la honte, le mieux est de révéler les secrets aux membres de la famille, en choisissant les mots et le moment le plus propice possible. Par exemple, il y a eu une tante qui s'est suicidé, en gardant ce secret, l'énergie de la dépression et de la scarification peut toucher les membres les plus fragiles.
Comme nous ne pouvons pas annuler nos pensées, car avant tout, il faut se rappeler qu'elles ne nous appartiennent pas, nous pouvons les remplacer par des pensées positives qui nous inspirent, nous redonnent confiance, nous font grandir.
5) Le lien subtil de la nourriture
Le premier lien que nous avons avec la nourriture est celui du lait maternel de notre mère. Il nous a lié à ses états d'âme, mais aussi à sa programmation, à sa constellation familiale. Heureusement que le monde est bien fait et que le lait maternel est très bon pour le corps et la santé du bébé. Cependant, pour les mamans qui ne veulent ou ne peuvent pas allaiter, cela est juste aussi, cela veut dire que leur enfant ne doit pas "baigner" dans les mêmes énergies qu'elles.
Lorsque nous partageons un repas avec quelqu’un, nos énergies s'harmonisent à travers le lien donné par la nourriture et les boissons. Ce n'est pas une coïncidence que les grandes affaires se font autour d'un bon repas. Au niveau subtil, les auras fusionnent et les attentes communes sont "entendues" de chaque côté. Si ces attentes sont contraires ou divergentes, le repas devient un moment tendu. Cela arrive lors des repas de fête, dans certaines familles, par exemple. Cependant le moment devient favorable au déblocage des liens toxiques, en posant les choses sur la table et en écoutant chaque problème.

6) Comment intervenir sur notre environnement extérieur?
Lorsque je parle d’environnement extérieur, je me réfère à notre maison ou notre lieu de travail. Ces espaces doivent permettre la bonne circulation de l’énergie, en les organisant et les nettoyant régulièrement. Il y a beaucoup de personnes qui considèrent le ménage comme une corvée rabaissante et énergivore. C'est dommage, car en effectuant son ménage avec la conscience et le pouvoir de l'intention, tout en portant l'attention sur chaque geste, cela peut agir sur tous les secteurs de notre vie. En faisant son lit tous les matins, nous envoyons au subtil, le message que nous sommes prêts à commencer une bonne journée. En éliminant la poussière de notre appartement, nous éliminons aussi toutes les mémoires émotionnelles et mentales qui stagnent dans notre espace psychique. Ce n'est pas pour rien que tout le monde ressent un sentiment de soulagement et de bien-être, lorsque leur maison est enfin rangée et propre.
Une poubelle apparente ouverte signifie une agressivité lascive prête à imploser à tout moment. Des objets éparpillés un peu partout, qui n'ont pas trouvé leur place définitive, montrent un manque de direction dans notre vie. Des miroirs sales reflètent un manque de clarté et une opacification de l'esprit. Des couteaux exposés au regard renvoient une énergie d'accident possible dans l'air subtil de la cuisine. Des médicaments rangés sur une étagère au-dessus des toilettes ne seront pas aussi efficaces que s'ils étaient rangés dans une salle de bain. Des jouets et des affaires d'enfant, qui envahissent toute la maison, montrent à quel point nous nous sommes effacés, en tant que personne, derrière le rôle de maman ou papa. La litière du chat à côté de la porte d'entrée fera contaminer subtilement toutes les énergies entrantes. Un portail qui reste toujours ouvert, laissera passer toutes les énergies, "virus et bactéries" subtils dans la maison. Des robinets qui fuient feront référence à l'argent qui part trop vite. Des objets cassés, visibles ou non, nous rappelleront subtilement notre mauvaise estime de nous-même.
Une autre continuité de notre être est notre voiture. Son état extérieur et intérieur renvoie à notre état général. Avoir une voiture pleine d’emballages, masques et mouchoirs en papier, notre corps et notre esprit sont aussi encombrés de toxines et de scories énergétiques de tout genre.
7) Faire plus attention à notre attitude
Une quantité de notre énergie est dispersée, lorsque quelqu'un se met dans le dos d'une autre personne pour la surprendre ou pour lui faire une blague, qu'il lui fasse des oreilles de lapin ou pas. Lorsque nous montrons du doigt quelqu'un de façon accusatrice, nous lui envoyons dans le subtil, l’énergie de l'émotion qui nous habite (colère, haine, frustration). Si nous sommes en colère, il vaut mieux sortir prendre l'air un moment et ensuite communiquer ce que nous avons à dire de façon plus harmonieuse, car sinon le message sera tellement chargé par nos attentes ou déceptions, qu'il sera difficilement digérable par la personne en face, même si elle est disposée à le faire. Les gestes contiennent leur énergie propre et s'ils sont faits avec beaucoup d'intention et sous un fond émotionnel chargé, même si vous avez l'air de plaisanter, ils vont avoir un impact réel. Par exemple, si nous faisons le geste de donner une claque à notre adolescent, nous donnons vraiment une claque à ses corps subtils. Les enfants habitués à cette punition le savent, il leur suffit de leur montrer la main en position "fessée" ou "claque" et ils ont déjà compris. D’ailleurs si l'intention est portée plus sur les gestes (même de façon inconsciente) que sur les mots, ils vont devancer leurs impacts. Il y a des gens qui disent "oui" avec la bouche mais "non" avec leur tête ou leur posture corporelle. Vous vous rappelez, lorsque nous étions enfants et que nous disions quelque chose qui ne nous convenait pas, nous croisions les doigts dans le dos tout en portant notre intention sur sa non-réalisation.

8) Le subtil dans la famille
Dans chaque famille, chaque membre a sa place subtile pour l'équilibre familial, sauf que cette place n'est pas toujours respectée. Nous pouvons le voir autour de la table, le père n'est pas toujours assis en début de table, avec sa femme à ses cotés et les enfants autour. Je sais, vous allez sauter pour me dire que dans notre vie moderne, la femme n'est plus en-dessous de l'homme mais est son égal, que les enfants sont des êtres entiers à considérer, que nous ne sommes plus dans l'âge médiéval. Oui oui, je le conçois bien, sauf que je vous parle des énergies, et les énergies sont toujours les mêmes, depuis très longtemps. Pour que la famille fonctionne sainement, le masculin et le féminin ont leur place bien assignée. Il y a, par exemple, des familles de 5 qui mangent autour d'une table carrée, ainsi un des membres sera assis dans l'angle - il n'aura pas la même place que les autres. Ne vous étonnez pas s'il ne trouve pas sa place dans sa vie future, dans ses relations, dans son couple, dans son travail - il sera toujours mal "installé".
Une autre attitude que nous faisons tous, en tant que parent, c'est de trop couver notre enfant malade, en pensant qu'avec l'amour il guérira plus vite. Il y a des mamans ou papas qui lui font même des cadeaux. Sauf qu'au niveau subtil, l'enfant va avoir tendance à rechercher cette affection, en tombant malade plus souvent ou à chaque fois qu'il se sent seul ou en manque. Gardons une attitude plus neutre et si l'enfant est plus grand, nous pouvons lui expliquer que les virus ou bactéries ne "s’attrapent" pas, mais que nous sommes responsables de leur avoir ouvert la porte dans un terrain de fragilité.
Il y a une tradition, un peu partout dans le monde, qui fait qu'on donne le prénom d'un membre plus âgé de notre famille à notre progéniture, pour "honorer" sa mémoire. Je ne dis pas non, mais renseignons-nous avant de le faire : est-ce que cette personne avait une belle aura, un chemin irréprochable de conduite ? Sinon, nous risquons de faire passer à notre enfant tout un bagage karmique de notre arbre généalogique (peut-être peu recommandable).
Toujours en lien avec les enfants, il y a des mamans (ou papas - mais c'est plus rare) qui veulent dormir avec leur enfant, en excluant ainsi l'autre partenaire du couple (Voir article "Le lien mère-enfant générateur de souffrance"). Dans ce cas, si la maman dort dans la chambre de l'enfant, elle va lui charger subtilement son aura de toutes ses peurs plus ou moins inconscientes. Si la maman dort dans la chambre parentale avec son enfant, le partenaire aura du mal à se positionner dans la famille, il risque de vivre sa blessure d'abandon ou rejet assez fortement.
Les mamans devront laisser plus de place à leur partenaire, dans l'espace subtil familial. Soyons attentifs si des phrases du style "maman est là" ou "papa est là" nous viennent à l'esprit, si l'autre parent n'est pas là physiquement. Expliquer plutôt à l'enfant pourquoi il n'est pas présent, en renforçant ainsi son rôle de parent qu'il occupe même à distance.
Et avant tout, n'oublions pas que nous ne sommes pas que des parents. En alimentant tous les secteurs de notre vie (personnelle et professionnelle), nos enfants auront à gagner subtilement de la bonne circulation énergétique.

9) Solutions pour améliorer notre hygiène énergétique
Une bonne habitude à avoir est de se laver les mains avec intention (surtout à cette époque où nous utilisons du gel hydroalcoolique, toutes les 2 minutes), en portant l'attention sur ce qui occupe notre espace mental et émotionnel. De la même manière, prendre sa douche ou son bain le soir en demandant au subtil de nous nettoyer de tout ce que nous avons accumulé durant la journée et qui ne nous est plus utile, avant de nous coucher tranquillement. Commencer aussi la journée par se "nettoyer" énergétiquement de tout ce que nous avons pu récupérer durant notre nuit astrale, en demandant l'annulation des accords faits, avec ou sans notre consentement.
Si nous ne nous sentons vraiment pas bien, sans en connaître forcément la cause, nous pouvons aller courir - les énergies denses qui sont accrochées à vous n'ont pas l'habitude de "courir", mais plutôt d’être portées. Ainsi, elles vont nous laisser tranquille, un bon moment, et dans cette clarté nous allons comprendre d'où est venu notre inconfort.

J'espère que cet article vous a apporté des détails intéressants, que nous n'avons pas forcément l'habitude d'entendre. Petit à petit, nous allons arriver à ressentir le subtil qui se cache derrière chaque malaise ou inconfort et agir de façon plus affirmée et consciente.


Laissez un commentaire ci-dessous, en vous inscrivant, pour être informés des prochaines publications et pour recevoir ma réponse à vos questions.

Oana Martins