Comment guérir son enfant intérieur

Comment les étapes de notre vie intérieure s'inscrivent dans nos corps subtils ? Comment l'enfant intérieur vit toujours à travers nos émotions ? Comment le fait de prendre soin de notre enfant intérieur dans le présent corrige la charge énergétique de notre ligne temporelle et change notre vie future ?
1. Notre enfant intérieur
Nous avons tous un enfant intérieur, gardien de nos souvenirs d'enfance, avec ses joies mais aussi ses souffrances, ses peines, ses contrariétés, ses colères et frustrations, ses incompréhensions et ses limitations. Cet enfant a toujours le même âge, il ne grandit plus, il ne vieillit plus. Il semble être complètement affranchi du temps et même de l'espace, car il vit toujours dans le présent, comme tous les enfants du monde. Et ce présent n'est pas notre présent de notre passé, lorsque nous avions le même âge, mais bien le présent de maintenant, autrement dit, nous partageons le même présent, le même espace-temps.

2. Concept d'entités identitaires différentes
Nous connaissons tous les poupées russes matriochka, qui s'emboîtent les unes dans les autres. De la même manière, nos entités identitaires s'empilent les unes dans les autres : le moi-bébé, le moi-enfant (ou enfant intérieur), le moi-ado, le moi-adulte, le moi-vieux, même si notre égo et notre mental nous font croire que ces entités se situent sur une même ligne temporelle linéaire chronologique, l'une étant la suite logique de la précédente. On peut penser ainsi que le moi-adulte est une continuité du moi-ado qui a son tour est la prolongation du moi-enfant, cela en raison du fait qu'il n'y a qu'un seul corps physique qui fait cohabiter toutes ces entités identitaires, corps qui évolue avec le temps, qui grandit, prend en maturité et finit par vieillir. Sauf qu'au niveau subtil, ce n'est pas ce qui se passe. Nos entités identitaires grandissent jusqu'à un certain point et au passage vers l'étape de transformation, elles accueillent la prochaine et l'accompagnent jusqu'à la mort de la dernière. Ainsi, à 14 ans l'entité identitaire du type "enfant" se fige et l'entité identitaire du type "ado" apparaît. Toutes les deux cohabitent ensemble et à l'âge de 21 ans, elles accueillent l'entité du type "adulte" qui arrive pour former un trio solidaire. A titre indicatif nous accueillons une nouvelle entité identitaire, tous les 7 ans. Oui, il y a beaucoup de monde à la maison 😜.

3. Se dissocier des autres entités identitaires
En prenant conscience de ce concept, nous allons arrêter de nous identifier à notre enfant intérieur ou ado intérieur ou même adulte intérieur si nous avons un âge plus avancé. Chaque entité identitaire a eu son vécu avec ses expériences propres, sa personnalité, ses assimilations et ses ouvertures de conscience, En s'identifiant à elles, nous allons tout mélanger, et ainsi rester bloqué aux mêmes points, faire perdurer les mêmes situations dysfonctionnelles, croyances limitantes, peurs et expériences de notre passé commun, qui souvent ne sont même pas les nôtres (comme par exemple reproduire le divorce de nos parents).

4. Vivre dans le présent
Comme je le disais en début d'article, toutes ces entités identitaires, une fois figées, vivent un présent éternel, le nôtre. Ainsi en agissant en conscience dans notre présent, nous avons accès à la guérison des différentes étapes de notre vie et ainsi guérir à tous les niveaux. En offrant un cadeau à notre enfant dans le présent, nous pouvons, en même temps, offrir le même cadeau à notre enfant intérieur qui n'a pas eu cette chance dans son passé. Il y a certaines personnes qui offrent des cadeaux à leurs enfants et qui se mettent très vite en colère contre eux, car ils ne sont pas assez reconnaissants pour ce cadeau, qu'ils auraient donné cher pour l'avoir de leur passé. Dans ce cas, ils peuvent penser que leur colère vient de la réaction de leur enfant, qui ne se montre pas à la hauteur de leurs attentes de reconnaissance. Sauf que cette colère vient plutôt de l'enfant intérieur qui, en vivant le même présent, ne reçoit toujours pas de cadeau.

5. Se connecter aux émotions
Toutes nos entités identitaires partagent le même corps physique qui change dans le temps, mais aussi les mêmes corps subtils (éthérique, astral, mental, causal, spirituels). Ainsi, lorsque nous ressentons une émotion forte, notre corps astral est activé et il réveille une des entités identitaires qui vibre le plus avec l'énergie de cette émotion. Donc, à chaque moment il est judicieux de se poser la question : Qui vit cette émotion : l'enfant intérieur, l'ado intérieur, l'adulte intérieur ou vous-mêmes. En s'identifiant à ces émotions, nous risquons de régresser à l'âge de notre enfant ou ado intérieur, et réagir de façon très inappropriée et inadéquate. Avec ce nouveau regard, nous pouvons garder notre posture d'adulte et mieux communiquer avec notre enfant intérieur, comme un parent avec son enfant, en sachant donc comment et quand le cadrer, s'il dépasse les "bornes" de notre territoire. Nous allons mieux nous positionner face aux émotions qui ne nous appartiennent plus : la peur des examens, le regard des copains, l'insécurité vécue lors des nombreux déménagements des parents, la perte de repères installée au sein de notre famille dysfonctionnelle...
Lorsque nous vivons le deuil de l'un de nos parents, il n'y a pas que nous l'adulte qui est en souffrance, mais aussi toutes nos entités identitaires, qui vivent leur deuil à leur manière en haut de leur âge et leur perception personnelle. C'est pour cette raison que cette souffrance est si difficile, car elle est ainsi décuplée par 2 ou 3...

J'espère que cet article vous a plut, que votre regard sur vous et votre passé a changé. N’hésitez pas à me laisser en commentaire comment cette information résonne en vous. En attendant, portez-vous bien et à bientôt.

Oana MARTINS

Coach de vie en évolution personnelle

Thérapeute énergétique intuitive

Conseillère en Clés des Gènes

PS. N'oubliez pas de commander les deux e-books qui sont en promotion :

"Le passage dans l'au-delà"

"L'arrivée d'une nouvelle âme dans la famille"


153 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout