Accompagner les âmes vers le passage dans l'au-delà

Dernière mise à jour : 1 mars

Quels sont les signes précurseurs de préparation d'une personne mourante ? Que faire pour aider une âme vers son passage vers la mort? Quelles sont les étapes du passage ? Comment cela se passe pour les vivants?

1) Signes précurseurs avant la mort

La mort est inscrite dans la vie de chacun, elle est immuable. C'est la seule certitude que nous avons après notre naissance. Elle est marquée comme date butoir dans notre contrat d'âme. Elle est aussi engrainée dans notre ADN. Nous pouvons mourir avant cette date, mais nous n'avons pas beaucoup de marge, une fois la date dépassée, histoire d'organisation pour le monde de l'astral, le monde des morts.

Les signes précurseurs ne sont pas les mêmes en fonction du type de mort. Pour une mort soudaine, lors d'un accident par exemple, les signes peuvent être vus parfois dans des synchronicités, dans la présence d'animaux morts trouvés devant sa porte d'entrée ou dans son jardin, dans une série d'accidents d'avertissement, dans des rêves prémonitoires...

Pour une mort prochaine, qui a été programmée, l'équipe de guides chargés à cette préparation prennent en charge l'âme. En fonction de son évolution spirituelle et de son âge, si c'est une âme jeune ou plutôt une vieille âme, la procédure est plus ou moins longue et avancée dans le temps par rapport à la date butoir. Les guides communiquent avec l'âme et lui rappellent le contrat d'âme (signé avant chaque incarnation). Ils expliquent que le travail pour cette vie sera achevé prochainement.

Ils accompagnent l'âme durant tout le processus de son propre deuil :

- le déni - l'âme a du mal à croire que cette vie sera bientôt finie pour elle;

- la culpabilité - de n'avoir pas tout fini de la meilleure manière possible;

- la colère - d'être coincée par le manque de temps;

- le marchandage - d'un bonus de temps pour assister au mariage de sa fille ou à la naissance de son 1er petit enfant, etc.;

- la phase dépressive - d'assimilation de cette fin de vie;

- l'acceptation.

A chaque étape de ce deuil, l'âme travaille avec son entité terrestre - la personne 3D, par le biais de l'intuition et des rêves. Ainsi de l'extérieur, si nous sommes assez sensibles et réceptifs, nous pouvons observer des signes bien spécifiques, chez la personne mourante (qu'elle soit consciente de sa mort prochaine ou non) : la colère, l'isolement, le détachement, le lâcher prise. Le visage de la personne change, il est plus neutre, les rides s'estompent légèrement, le regard se ternit. La personne peut avoir des phases de régression, avoir l'air d'une petite fille, petit garçon. Elle va parler de son enfance ou de ses souvenirs préférés. Elle peut subir une perte de mémoire plus ou moins pathologique (comme l’Alzheimer) - car l'âme oscille de plus en plus vers le monde de l'astral (le monde de l'oubli). On dit qu'elle a déjà un pied dedans. Les vivants qui accompagnent, s'ils sont conscients des signes et s'ils réussissent à les accepter, peuvent accueillir et contenir l'âme de leur proche mourant, grâce à l'écoute et à la bienveillance. En même temps, ils peuvent se préparer eux-même par le biais d'un deuil anticipatoire, car l'épreuve de la perte prochaine sera bien plus éprouvante pour eux que le passage de l'âme de leurs proches vers leur monde d'origine. Malheureusement, dans notre monde moderne, la mort est tabou, il ne faut pas en parler et on croit que moins on y pense, mieux on se sent, comme si on pouvait la repousser ou l'ignorer.

Il existe des situations où l'équipe astrale est amenée à proposer des mises à jour des contrats d'âme, comme dans le cas actuel de cette pandémie mondiale. Elle peut proposer aux âmes plus sensibles de raccourcir leur vie et d'avancer ainsi la date butoir de leurs morts, afin d'éviter de vivre des événements trop traumatisants. En général, cela se fait dans un cadre collectif plutôt qu'individuel, dans le cas d'un changement planétaire futur de paradigme.


2) La mort physique

Le cœur s’arrête en stoppant toutes les fonctions vitales du corps. On peut penser que cela vient du corps, mais non, cela vient de l'âme qui siège dans le sang, qui accompagnée par l'équipe de la mort, "commande" au cœur de s’arrêter. L'âme flotte dans la pièce et dans la maison.

La première chose à faire, après avoir allumé une bougie, c'est de dire à notre proche décédé qu'il est mort mais qu'il existe toujours, et qu'il sera pris en charge. Il faut le dire à haute voix, car le monde éthérique où l'âme se trouve est très proche du monde physique. L'âme est encore reliée au corps physique, par le lien éthérique qui sera rompu un fois que le corps éthérique mourra, 3 jours après. C'est pour cette raison que dans beaucoup de cultures, la veillée auprès du corps dure 3 jours avant l'enterrement. Toujours dans ces coutumes, les vieilles femmes de la famille ou du village avaient l'habitude de pleurer en criant ou en chantant "Pourquoi tu es mort/e? Pourquoi tu es parti/e...". Dans le cas de certaines coutumes, les vivants se regroupent durant les 3 jours de veillée et à certaines dates plus tard et parlent du mort, de ses qualités, de ses exploits... Sans savoir, ces gens "nourrissent" en énergie le défunt et le charge pour la suite de son parcours dans l'au-delà. En Roumanie, par exemple, le pays d'où je viens, les gens préparent leur propre mort de leur vivant, en offrant de l’aumône sous forme de nourriture, vêtements ou argent, pour les "avoir" ensuite disponibles dans l'au-delà, un fois partis. Ils font la même chose pour les décédés à certaines dates traditionnelles (6 mois, 1 ans...). Même si on peut penser que tout cela est ridicule et inutile, car une fois mort nous ne mangeons plus, nous n'avons plus de corps pour s'habiller, ou nous n'avons plus besoin d'argent pour quoi que ce soit, chaque action visant la mort porte une énergie spécifique qui traverse notre monde physique. Dans l’au-delà, les âmes peuvent créer chacun leur monde de rêve où tout est possible. Les personnes qui ont manqué des choses de leur vivant, dans l'au-delà voudront se réjouir d'une vie riche, même si elle n'est que pure imagination, qu'elle est complètement immatérielle.

Malgré toute la préparation de l'âme en amont, elle peut se retrouver désorientée et ne pas savoir ce qu'il lui arrive, à moins d'être une âme expérimentée qui a vécu beaucoup de vies et qui connaît le chemin par cœur.

Je conseille aux parents de laisser leurs enfants assister aux funérailles, s'ils ont plus de 7 ans. Pas avant, car cela peut impacter leurs champs subtils encore fragiles. Un enfant qui assiste au départ d'un membre de sa famille aura un lien à la mort plus fort, donc un lien à la vie plus sain.


3) La mort éthérique

Au bout de 3 jours environ, le lien avec le corps physique se rompt et l'âme est appelée fortement par l'astral - la fameuse lumière au bout du tunnel. C'est le moment d'enterrer ou d'incinérer le corps physique. Le choix est important si l'âme l'a précisé lors de sa vie ou si l'habitude culturelle l'y impose. Le mieux est de toujours respecter la volonté du décédé, pour ne pas créer des nostalgies inutiles chez l'âme. L'âme se retrouve dans le SAS, où l'équipe responsable vérifie son "identité vibratoire", la façon dont elle est morte et son état global de "santé". Le temps dans le SAS est très court, toujours dans un souci d'organisation et de timing pour toutes les âmes qui arrivent. Si la personne est morte en se suicidant, son âme est envoyée dans les limbes - un espace du bas astral où elle pourra continuer son processus de fortification face à la difficulté qu'elle a traversée et qu'elle n'a pas pu intégrer de son vivant. Les âmes "abimées" par l'alcool, les drogues, les médicaments, etc., seront envoyées dans des cliniques spécialisées, afin de pouvoir rassembler tous les morceaux dispersés de leur âme dans d'autres plans subtils, lors de leur dispersion. Pour toutes les autres âmes, c'est l'astral, plus ou moins haut en fonction de leur stade d'évolution. A ce passage, l'âme est accueillie par un ou plusieurs membres de sa famille d'âme. Si l'âme est jeune et inexpérimentée ou si elle est encore un peu déroutée, elle sera accueillie par des âmes qui prennent l'apparence d'un membre décédé de sa famille terrestre avec lequel elle a eu un lien plus fort. Si la personne était très croyante, les apparences peuvent être religieuses : Jésus, Bouddha, des anges, etc.

L'âme sera dans le même état d'esprit que de son vivant. Si la personne a été un athée fervent conditionné de son vivant qu'il n'y a rien après la mort, c'est ce qu'elle vivra dans l'au-delà : le néant, le temps d'accéder à une autre conscience. Si elle a été dans un état sombre et lourd de son vivant, elle sera attirée par affinité vibratoire par des mondes plus denses, pleines d'entités.

Étant donné que l'âme est multidimensionnelle, elle peut se retrouver en même temps autour des lieux de sa vie précédente, pour accompagner le deuil des personnes vivantes, par nostalgie de sa vie. Elle peut communiquer à travers les rêves - qui se passent aussi dans l'astral, car toutes les nuits l'âme du rêveur quitte le corps pour se ressourcer. Pour l'âme, l'astral de la nuit est sa bouffée d’oxygène, sans elle, elle serait en dépression profonde.

Il y a beaucoup de thérapeutes ou passeurs d'âmes qui veulent aider les âmes à aller vers la lumière. Pourtant, pas toutes les âmes veulent être aidées. C'est comme ici dans la densité 3D, pas tout le monde veut se spiritualiser à tout prix! C'est un processus d'intégration, en fonction du chemin de chacun et de l'endroit où on se trouve sur ce chemin. Si nous voulons aider en toute conscience, nous devons bien intégrer les différences très subtiles entre présence d'une âme de passage, fantôme ou âme errante, empreintes énergétiques de son vivant, autres entités astrales...


3) La mort astrale

La prochaine étape est la phase d'assimilation des apprentissages dus aux expériences vécues lors de la dernière vie - qui se passe en compagnie des guides ayant pris en charge l'âme durant sa vie terrestre. Ensuite, il y a la phase de bilan de l'évolution de l'âme - qui se passe devant un conseil d'âmes supérieures qui vont pointer les lacunes et les choses à retravailler, tout dans l'amour et le bonheur, bien sûr. Ce n'est pas un processus de jugement, comme la religion veut bien nous le faire croire. A la fin, il y a une étape d'orientation vers la prochaine vie (voir article "L'arrivée d'une nouvelle âme dans la famille"). Cela s’effectue à l'aide d'une autre équipe où on peut retrouver quelques mêmes guides de la vie passée. Cette équipe "conseille" fortement la voie à suivre, la famille à intégrer, les épreuves majeures à vivre - autrement dit : la programmation future. En fonction du stade d'évolution de l'âme, il y a des marges de manœuvre, entre refuser complètement la réincarnation future et tout accepter. A la fin de cette réunion, l'âme signe son contrat d'âme pour un prochain voyage sur Terre. Ce processus d'une nouvelle réincarnation est beaucoup plus court qu'on pense - car le temps passé en astral est beaucoup plus ralenti.


4) La communication entre les morts et les vivant - vampirisation d'énergie

Nous pouvons nous imaginer qu'il y a communication que lorsque un bon médium entre en contact avec un de nos proches décédés pour nous donner de ses nouvelles. Contrairement à ce qu'on pense ou on sait, il y a beaucoup plus de communication entre ces deux mondes : le monde des vivants, le monde matériel physique ou 3D et le monde des morts, le monde de l'astral ou l'au-delà. Les défunts qui restent très attachés à leur vie passée, peuplent le plan subtil de la Terre. Si nous pouvions voir le subtil comme nous voyons le monde physique, nous observerions pleins de gens autour de nous en permanence, dans la rue, dans les magasins etc. Ces âmes sont toujours en manque de toutes sortes de désirs matériels ou intellectuels, qui peuvent transférer sur les vivants : désir de se nourrir, de boire, de faire l'amour, de faire ses courses, de porter un joli vêtement, de lire un livre... Le chemin le plus accessible pour eux c'est celui avec les anciens membres de leur dernière famille terrestre (enfants, petits-enfants, etc.). Après la mort d'un être cher, nous pouvons observer quelques changements dans notre comportement. Nous devrons être conscients de ce phénomène et bien distinguer la différence entre nos propres désirs et ceux d'un défunt qui passe par là, l'air de rien. A chaque fois que nous cédons à une telle influence extérieure, nous perdons une quantité d'énergie de notre énergie personnelle. C'est pour cette raison que nous nommons ce transfert énergétique de la vampirisation d'énergie.

5) Une nouvelle vie terrestre

Lors d'une nouvelle réincarnation, l'âme garde le même tempérament et la même couleur des yeux. A la naissance, elle reçoit l'implant de l'oubli des vies antérieures et de sa véritable nature. Elle recommence le chemin à l'aveugle. Pourtant, mieux elle a intégré les apprentissages de ses expériences passées, plus elle a accès plus facilement et plus rapidement à son bagage spirituel. Cela peut se traduire par une hypersensibilité ou intuition précoce dans sa vie d'enfant, par exemple. Pour mieux comprendre le processus de réincarnation, lors d'une naissance future, vous pouvez lire l'article "L'arrivée d'une nouvelle âme dans la famille".


Si vous lisez cet article et que vous êtes touchés par la mort d'un proche, je compatis à votre peine et j'espère que les mots ci-dessus ont pu vous éclairer et parler à votre âme lumineuse. En grandissant en conscience de notre vivant nous préparons ainsi un meilleur accès dans l'au-delà. C'est que dans la vie physique, ici et maintenant, que nous pouvons évoluer, n'attendez pas la fin de cette vie pour le faire, car cela sera trop tard.



Laissez un commentaire ci-dessous, en vous inscrivant, pour être informés des prochaines publications et pour recevoir ma réponse à vos questions.



Si vous voulez avoir plus d'informations profitez de l'offre pour vous procurer le E-book (35 pages)


Oana MARTINS

Coach de vie et thérapeute énergétique

www.oana-therapie-coaching.com





853 vues3 commentaires